Généralités sur la prévention du VIH

Contre l’infection par le VIH, il existe différents moyens pour se protéger et protéger autrui.

Selon le moment, les pratiques sexuelles, leur fréquence,… l’un ou l’autre de ces moyens pourra être préféré ou plus adapté.

Le préservatif 1, 2

Info VIH - Prévention
Info VIH – moyen de prévention

Qu’est-ce que c’est ?

C’est une barrière physique contre le VIH mais aussi contre les autres infections sexuellement transmissibles (IST).

Le préservatif est le seul moyen de se protéger du VIH et des autres IST.

Il existe deux types de préservatifs : le masculin et le féminin.

Comment fonctionnent-ils ?

Il faut le placer sur le pénis en érection avant le rapport pour le préservatif masculin. Et dans le vagin avant le rapport pour le préservatif féminin.

A la fin du rapport avec un préservatif masculin, il faut bien penser à tenir le préservatif afin d’éviter tout contact entre les fluides corporels.

Pour qui ?

Le préservatif s’adresse à tout le monde qu’importe l’orientation sexuelle, sa facilité d’utilisation ainsi que son accessibilité en font un outil de choix de prévention du VIH.

Aujourd’hui le préservatif s’est diversifié, masculin ou féminin, variant en composition, épaisseur, aspect, taille, parfum et couleur, il y en a pour tous les goûts.

Comment s’en procurer?

Le masculin et le féminin sont disponibles à titre gratuit dans les plannings familiaux, les centres de dépistage (CeGIDD), les associations de lutte contre le sida, depuis peu, les préservatifs masculins sont remboursés par la sécurité sociale, pensez à vous en faire prescrire par votre médecin ou votre sage-femme.

  1. Larousse médical édition 2012 p.777
  2. https://www.sida-info-service.org/preservatifs/

 

Le dépistage régulier 1

Qu’est ce que c’est ?

Le dépistage correspond à l’ensemble des examens et tests effectués afin de déceler de manière précoce une affection latente à un stade précoce.2

Pour qui ?

Tout le monde est concerné par le dépistage.

Il faut se faire dépister au moins une fois dans sa vie. 3

Mais le dépistage est extrêmement conseillé après une prise de risque (préservatif qui craque, relation avec une personne dont on ignore le statut vis-à-vis de la maladie, échange de matériel d’injection …)

Comment le réaliser ?

Il existe 3 techniques de dépistage actuellement disponibles en France :

  • le test rapide ou TROD (test rapide d’orientation diagnostique), avec seulement une goutte de sang ;
  • l’autotest qui peut être réalisé à domicile avec lui aussi une goutte de sang prélevée au bout du doigt ;
  • le test Elisa, dit de 4e génération, qui nécessite une prise de sang.

Plus le dépistage est précoce, plus le traitement peut débuter tôt si besoin.

En cas de question ou de doute n’hésitez pas à contacter votre médecin, ou Sida Info Service.

  1. https://www.ameli.fr/puy-de-dome/assure/sante/themes/vih/depistage; maj le 23/09/2019 ; consulté le 23/09/2019
  2. Larousse médical édition 2012 p.258
  3. Prise en charge médicale des personnes vivant avec le VIH. Recommandations du groupe d’experts sous la direction du Pr Philippe Morlat et sous l’égide du CNS et de l’ANRS. Prévention et dépistage (avril 2018)

 

Des traitements préventifs contre le VIH

Info VIH - Traitements de prévention
Info VIH – Traitements de prévention


La PrEP (Pre-exposure prophylaxis = prophylaxie pré-exposition) 1, 2

Qu’est ce que la PrEP ?

La PrEP est une nouvelle méthode de prévention, accessible uniquement sur prescription médicale, pour les personnes séronégatives (non contaminées par le VIH) qui ont des pratiques à risque face au VIH.

La PrEP consiste en un comprimé à prendre chaque jour. Ce comprimé contient des antirétroviraux actifs contre le VIH. Une fois dans l’organisme, les antirétroviraux empêchent alors le VIH (mais pas les autres IST) de s’installer et en cas d’exposition évitent ainsi une contamination.

Le préservatif est le moyen le plus efficace pour prévenir à la fois l’infection par le VIH et les autres IST. Il reste donc recommandé chez ceux qui utilisent la PrEP.

La PrEP c’est pour qui ?

La PrEP est recommandée chez toutes les personnes séronégatives majeures, exposées à un haut risque de contracter le VIH.

Plus particulièrement :

  • Les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes ou les personnes transgenres
  • Les travailleurs/euses du sexe
  • Les personnes qui viennent de pays dans lesquels il y a beaucoup de personnes infectées par le VIH
  • Les partenaires d’un séropositif qui n’a pas atteint une charge virale indétectable et qui ont :
    •   Eu des relations sexuelles sans préservatifs
    •   Eu plusieurs partenaires différents
    •   Présenté plusieurs épisodes d’IST
    •   Eu recours au TPE (traitement d’urgence)
    •   Consommé des substances lors de rapports sexuels (chemsex)

 

  1. http://www.lecrips-idf.net/miscellaneous/decryptage-traitement-post-exposition-vih.htm
  2. https://www.sida-info-service.org/dossier-la-prep/ maj le 24 juillet 2018 consulté en septembre 2019

Comment puis-je avoir la PrEP ?

Seul un médecin expérimenté dans la prise en charge de l’infection par le VIH, exerçant à l’hôpital ou dans un Centre gratuit d’information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD) peut faire la première prescription de la PrEP.

Le renouvellement de l’ordonnance peut être réalisé par un médecin généraliste, dans le cadre du suivi trimestriel. La prescription doit être refaite chaque année à l’hôpital ou en CeGIDD.

3 Étapes sont nécessaires à sa délivrance :

  • 1ère consultation : Le médecin évalue la possibilité de la PrEP. Il prescrit un bilan sanguin pour dépister le VIH ainsi que d’autres éventuelles IST.
  • 2ème consultation (2 à 4 semaines plus tard) : Le médecin après vérification des résultats de l’analyse biologique, pourra ou non réaliser la première prescription de PrEP. Il s’assurera également du traitement des éventuelles IST.
  • Délivrance : elle se fait dans n’importe quelle pharmacie.

Le suivi avec la PrEP ?

Le suivi est trimestriel. Il est imposé à la prescription de la PrEP, il se compose, d’une recherche d’IST, d’une vérification de la sérologie VIH et du bon fonctionnement rénale.

Ce rendez-vous est essentiel pour le renouvellement de l’ordonnance.

 

Schéma de prise de la PrEP :

PRISE CONTINUE = 1 COMPRIMÉ PAR JOUR

  • En cas de prise continue, le traitement est réputé efficace après 7 jours de prise chez les hommes et 21 jours chez les femmes. Il doit être poursuivi jusqu’à 2 jours après le dernier rapport sexuel.
  • Prise discontinue (modalité de prise non remboursée).

En cas de reprise : Après une période sans PrEP de 7 jours ou plus, il sera nécessaire de prendre 2 comprimés pour débuter un nouveau schéma de prise.

En cas d’oubli : Si vous avez oublié une prise ou que celle-ci est décalée de plus de 2 heures et que vous avez eu un rapport non-protégé par un préservatif, vous pouvez demander un traitement d’urgence (TPE) : sous 48 heures maximum et idéalement dans les 4 premières heures.

Le traitement est disponible dans les services hospitaliers spécialisés VIH au service des Urgences, en CeGIDD. (Centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic).

 

Le TasP (Treatment as Prevention = Traitement comme prévention) 1

Qu’est ce que c’est ?

Le traitement des personnes séropositives avec des antirétroviraux permet de prévenir la transmission du VIH à une personne non-infectée.

En prenant correctement son traitement, une personne séropositive peut réduire sa charge virale, au point qu’elle devienne très faible. Une personne séropositive ayant une charge virale indétectable grâce à son traitement ne transmet pas le VIH par voie sexuelle.

C’est donc un moyen de prévention de la propagation du virus.

Pour qui ?

Il est recommandé que toute personne séropositive au VIH commence un traitement antirétroviral, sans attendre la baisse du nombre de leurs cellules immunitaires et peu importe le niveau de celles-ci. Si le traitement est débuté très tôt après la découverte de la séropositivité, l’espérance de vie est proche de celle de la population générale.

Cette solution permet aussi la prévention de la transmission materno-foetale (PTME) au cours de la grossesse.

Comment l’obtenir ?

En France, les médicaments antirétroviraux sont soumis à prescription initiale hospitalière avec un renouvellement tous les ans à l’hôpital par des médecins expérimentés dans la prise en charge de l’infection par le VIH. La dispensation des médicaments antirétroviraux (en pharmacie de ville ou à l’hôpital) est réalisée sur présentation d’une ordonnance hospitalière datant de moins d’un an.

Le traitement anti-rétroviral :

  • Empêche le virus de se multiplier
  • Bloque l’évolution du virus
  • Diminue la charge virale
1 https://preventionsida.org/sida-lessentiel/traitement-et-prevention/ consulté en septembre 2019

 

3 conditions pour une prévention efficace par TasP :

  • Un traitement efficace sur la charge virale, pour que celle-ci soit indétectable dans le sang ;
  • Une très bonne observance à son traitement, pour éviter les remontées éventuelles de charge virale ;
  • Ne pas avoir contracté d’autres infections sexuellement transmissibles (IST), qui elles aussi peuvent favoriser une remontée de la charge virale.

 

Le TPE (Traitement Post-Exposition) 1, 2

Qu’est ce que c’est et à qui est-il destiné ?

Le TPE est un traitement d’urgence donné à une personne séronégative après une prise de risque élevée :

  • Rupture ou oubli du préservatif avec un/une partenaire dont on ignore le statut sérologique ou dont on connaît la séropositivité,
  • Partage ou réutilisation de seringue ou de matériel de sniff lors d’une consommation de drogue,
  • Exposition au sang ou à un liquide biologique dans le cadre professionnel (piqûre accidentelle…) ou plus rarement privé quand le risque est identifié.

Comment l’obtenir ?

Ce traitement anti-rétroviral doit être pris au plus vite (au plus tard 48 heures après la prise de risque).

  • Il est recommandé de venir aux urgences avec sa/son partenaire pour qu’un test rapide puisse être réalisé. En cas de test négatif pour les deux partenaires, un TPE n’est pas utile.
  • Si la séropositivité au VIH de l’un des partenaires est connue, se munir des derniers bilans médicaux et ordonnances.

Le TPE va bloquer la multiplication du virus et empêcher sa dissémination donc la contamination par le virus.

Plus ce blocage intervient tôt, plus la chance d’éviter la contamination est grande.

 

1 http://www.lecrips-idf.net/miscellaneous/decryptage-traitement-post-exposition-vih.htm consulté en septembre 2019

2 https://www.sexosafe.fr/Prevention-et-protections/TPE consulté en septembre 2019